STORYTELLING            contact    laborrobert974@gmail.com

 

 

LABOR ROBERT

      

 

            Qui est labor ?

 

 Un résumé

Au-delà de ses tracasseries de vie et autres incidents malheureux que rencontre  souvent à certains moments tout être vivant

Labor, …blanc aux yeux bleus …malgré un métissage certain,(il tient  ses yeux bleus de sa mère… une parente de Sully Prudhomme le poète ,lui disait sa mère) …un petit mètre soixante  , amoureux de la vie, joyeux , fait pour être heureux,solide, sportif  assez,malgré son âge avancé, faisant du Picasso à  14ans dans son petit village des tropiques avant de savoir l’existence du maître …chanteur, une guitare  un  saxophone alto pas très loin , fan de jazz, de Charlie Parker et Art Pepper et toujours un pinceau à la main …et dans la tête …, ne connaît ni le tabac, … ni les drogues quel quelles soient…( dommage pour un artiste… parait il que cela sert pour la célébrité)  a appris par expérience  la valeur de la santé et fait tout pour la conserver …curieux de tout .. Aujourd’hui  80ans( 81 en 2018), grand Père et arrière grand père avec la même passion de pratiquer encore les activités qu’il pratiquait depuis …. Toujours.

La Peinture ? … il rentre en lui et raconte sa vie (les Bons et les mauvais moments, comme une self- thérapie)… interroge l’ART, la peinture , sa méditation esthétique … cherche le contact  profond avec l’homme , l’humanité et le mystère de l’existence…une concentration à toute épreuve quand il peint…  ouvert au Monde...quoique pas toujours accepté. Sans rancune Je ne connais pas la haine….

Intellectuellement… Je crée des zones, des lieux ,d’actions, de significations,de reflexions   C’est une conversation que j’établis suivant: ma NECESSITE ( dixit Kandinsky)

                                ...  I create zones, places, actions, meanings, reflections,..This is  like a conversation ,that I do with”:my NECESSITY”(Kandinsky)

                                                                                                       Né en 1937 Je suis un enfant de la guerre et de la privation

                                                                                                                             …. Et Ce n’était pas le plus grave….

Alors Quel est ce manque  que je sentais en moi ? Un père ….(Garde général des  Eaux et Forêts) disparu trop tôt ( j’avais 5ans) dont la mort  mystérieuse et brutale ferait bien , je le sais aujourd’hui, l’histoire  d’un roman policier ….

       En ce mois malheureux d’Août 42 j’assistais  physiquement et mentalement à l’annonce de la mort  de mon père dans un spectacle de douleur  et de  désolation : des images et un spectacle  qui ne m’ont plus quittés

                        Quatrième d’une  fratrie de 8 enfants, je suis devenu un homme avant l’heure avec des questionnements qui n’étaient pas de mon  âge. J’ai été élevé dans l’affection d’une mère forte la journée et désespérée  quand venait la nuit et dont le cœur voulait toujours cesser de battre….Ce qui explique la grande attention que je porte à toute femme…

                                                              J’ai appris très jeune la force et la fragilité de l’être

Par ma formation et mes études j’étais destiné à la science et aux mathématiques  mais je n’ai pas pu résisté à mon penchant pour l’ART et la peinture  . Je peins depuis l’âge de 14ans ( j’ai été sélectionné pour les Arts à Claude Bernard  de Paris à 17ans) …et en 1961 je décidais de devenir peintre

  Pas de support familial, pas de Bourse  d’étudiant  j’ai travaillé  pour vivre et  pour vivre mieux   je me suis fait Professeur d’Arts plastiques ( Ecole supérieure d’Arts plastiques Claude Bernard PARIS)

   Pourquoi pas les Beaux Arts ? Je savais déjà ce que j’avais à dire … je n’y ai même pas pensé… et lorsque j’allais aux cours du Soir aux Beaux arts de Lyon pour travailler les nus et modèles vivants , je me retrouvais non pas dans le groupe des étudiants mais dans le groupe des artistes.

                                                                                                              Aujourd’hui dans mon œuvre je parle d’Entropie

 

ENTROPIE POURQUOI? Mélange, richesse, Liberté, improvisations, refus de se cantonner dans un style, ma marque sera ma signature et ma liberté, et ma capacité de m’émerveiller, trouvailles d’accords personnalisés à dimensions variables… une seule exigence : la Vérité.

Pourquoi j’ai adopté cette formule d’Entropie …inhabituelle   … Vraiment AUTRE… dans le développement officiel de  notre Art d’aujourd’hui…

Je pense sincèrement  que cette proposition d’Entropie vient de ma vie intime et personnelle…car bousculée par des événements, ensuite la maladie (1) , la descente aux enfers et une sorte résurrection ( le mot n’est pas trop fort)… descendre au plus bas et se relever( ceci est la formule de mon Docteur à St Etienne qui a suivi mon parcours de malade 1965 à1970)  … j’ai eu  alors de quoi réfléchir …, à la Vie

Et je pense que,

C’est  ma passion pour l’Art  qui  m’a totalement ressuscité…j’avais  et j’ai eu alors envie de ressusciter le Monde .I had a Dream : créer , parcourir l’Art dans toutes ses dimensions … dialoguer avec les œuvres des grands de Michel-Ange à Picasso  et essayer de comprendre… oui aussi Marcel Duchamp. et plus loin encore !

 

 

L’Art, dans toute sa (ou ses) dimension ….depuis les grottes d’Altamira à nos jours et …pourquoi pas une vision pour un futur…En  tous cas  me passionner … et, réfléchir sur les époques, les notions ,les vues de l’esprit , Styles , mouvements, catégorisations,acceptations, Refus,  ….Ruptures….Comme si je cherchais mon origine dans une généalogie de peintres ,de peinture et d’Art.  J’avais le sentiment que je pouvais tout faire déjà  quand en classe de première lorsque j’ai été sélectionné pour la grande Ecole parisienne Claude Bernard de Paris , moi le petit gars d’un petit village dans une petite île au milieu du grand Océan indien à 10000Kms de Paris et du monde de l’Art…

J’ai porté toujours en mémoire deux tableaux… totalement différents …une peinture de Van Gogh représentant un femme avec son grand chapeau de paille transpercé par les rayons du soleil  qui portait des ombres bleues sur son visage féminin et… des chevaux de Delacroix sortant des vagues   avec des perles d’eau qui glissaient de leurs croupes… ces  deux tableaux qui m’ont donné envie de peindre… de devenir peintre… et j’y suis resté fidèles malgré les ans et les difficultés….et la solitude.

 

Choisir une attitude de dialogue avec l’Art en 1960, 70, 80, 90,2000 etc Il fallait de L’audace .. C’était de l’audace … l’adage qu’un artiste se fait tout seul , il a un ou des maîtres et il faut le don de Dieu…Je sentais que j’avais ce don mais je sentais aussi qu’il me fallait aller au-delà de mes propres  capacités car ce que j’avais à dire n’étais pas écrit dans les bouquins … André Lhote m’a beaucoup aidé

 Choisir une autre voie que celle qui se faisait , me mettait automatiquement  en retrait  je le savais  … en retrait des mouvements que je voyais apparaître et disparaître dans l’histoire de l’Art de l’histoire qui se fait mais aussi de l’histoire que l’on voulait  en faire suivant les acteurs et spécialistes du moment … …je me suis dit : Tant pis ,je serai  Seul oui ,mais avec ma passion »

 

N’est ce pas dans la solitude que  l’on rentre vraiment  en soi  ? Attitude O combien nécessaire ! pour l’artiste.

.

 

J’ai dialogué :

Je voulais avec un pinceau sûr,y trouver un fil conducteur dans toutes ces époques , ces manières, ces pensées …et créer du LABOR…. Certes je pensais, il y a eu l’évolution des esprits ,des fortes évolution de nos  connaissances et  de notre  standing de Vie… mais l’homme …. L’homme ,a-t-il tant changé que cela ? Nous sommes arrivés semble t il, à une Intellectualisation  de notre formation de pensée.. … Mais sommes nous aujourd’hui  que cela ? N’y a t il pas un chromosome bien antique ( celui qui peut devenir notre force de création aujourd’hui) qui nous reste dans nos veines et dans notre ADN  bien lié à notre Nature d’homme…qui demande qu’à renaître ?…… …un Chromosome ou reste de Chromosome … je n’ai rien copié, j’ai travaillé avec mon musée imaginaire ( Malraux) faisant confiance à ma mémoire( ma mémoire procédurale (… une découverte en 1804 avec le philosophe Maine de Biran)

Où se trouve ce Chromosome….C’est pour le trouver  que j’ai établi ma CONVERSATION … Conversation avec l’ART et la Vie .

Mes étapes depuis 1970 :LABOR Destruction/Reconstruction….LABOR constructiviste … LABOR expression autour de la Femme, Maternity….LABOR Temoin des évènements du Monde Réaction….LABOR concepts….LABOR et son île…Pierrefonds… LABOR ART-Chitectures et Myths)….LABOR contemporain…. LABOR numérique…LABOR Photographies…

 

En fin de compte qu'est-ce que j'ai trouvé dans toutes ces années?

J'ai rencontré: La nécessité et la puissance de l'Art sur l'être que nous sommes: une œuvre d'Art, une peinture quand on le considère, on apprend à le regarder et c'est un Univers que l'on découvre, un univers de soi

Une grandeur de l'homme et aussi  sa fragilité …. nous aboutissons à une sorte d'amour qui ne dit pas son nom mais qui nous relie comme un maillon de chaîne, un collier et la distance, et toutes les différences de langue et de culture ... tout est effacé .... il reste l'homme et son essence ... on peut penser :Michel-Ange c'est moi, Basquiat c'est moi, Bacon c'est moi, Picasso c'est moi ...

Je comprends les collectionneurs ... nous aimerions tant un musée à la maison ......

En fin de compte c'est un peu consciemment ou inconsciemment ce que je voulais créer ...comme une nécessité de Vie

Et je n'ai jamais été aussi heureux  dans mes expositions que… quand ma peinture rencontre l'autre ...

 

Peindre c’est la joie d'être vivant  et rentrer en ce mystère de l’Esprit…

 

 ENTROPIE est une manière intellectuelle   et sensible de VOIR  et  de FAIRE 

 

(1)   voir le Dossier LAbor Robert… Hopital Bellevue à St Etienne

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

English

                                                                                                                 Born in 1937 I am a child of war and deprivation

                                                                                                                             .... And it was not the most serious ...

So what is this lack that I felt in myself? A father ... (General Guard of Waters and Forests) that disappeared too early (I was 5 years old) whose mysterious and brutal death would do well, I know it today, the story of a detective novel in which necks mix Whites and profiteers of the war and questionable wealth ... I learned this truth of a witness of the epoque I was then 70 years old ... Killing had  been turned into image of suicide, Tormented image for a family believing and of more united.

       In this unfortunate month of August 42, I was physically and mentally present at the announcement of my father's death in a spectacle of pain and desolation: with images and a spectacle that never left me

                        Fourth of a sibship of 8 children, I became a man before the hour with questions that were not of my age  I was raised in the affection of a strong mother during the day and desperate when the night came and whose heart always wanted to stop beating ... Which explains the great attention I pay to every woman all along my life ...

                                                              I learned very young the strength and fragility of the being

By my training and my studies I was destined for science and mathematics but I could not resist my penchant for ART and painting. I have been painting since the age of 14 (I was selected for the Arts at Claude Bernard of Paris at 17) ... and in 1961 I decided to become a painter

  No family support, no student grant I worked to live and to live better I made myself Professor of  Arts (School of Fine Arts Claude Bernard PARIS)

   Why not Fine Arts? I already knew what I had to say ... I did even not think about it ... and when I went to evening classes at the Beaux Arts in Lyon to work on nudes and live models, I found myself not in the group of students but in the group of artists.

                                                                                                              Today in my work I speak of Entropy

 

ENTROPY WHY? Mix, wealth, freedom, improvisations, refusal to be confined to a style, my brand is my signature and my freedom, and my ability to marvel, to find custom accords of varying systems ... a single requirement:for me; the Truth.I created a Conversation

 

Art, in all its (or its) dimension ... from the caves of Altamira to the present day and Also ,why not a vision for a future ... In any case ALL to fascinate me ... and, to reflect on the times, the notions, the views of the mind, Styles, movements, categorizations, acceptances, Refusal, .... Breaks...RUPTURS... As if I were looking for my origin in a kind of genealogy, painters, painting and Art.

I had the feeling that I could do everything in class of first when I was selected for the Parisian big school Claude Bernard of Paris, me the little guy from a small village in a small island in the middle of the great Indian Ocean At 10,000Kms from Paris and the Art world ... And in my heart and Mind , I always carried two totally different paintings in my memory ... a Van Gogh painting depicting a woman with her big straw hat pierced by the rays of the sun who wore blue shadows on his feminine face and ... Delacroix's horses coming out of the waves with water pearls slipping from their rumps ... the two  paintings that made me want to paint ... to become a painter ... and I remained faithful despite the years and the difficulties ... .and loneliness.

 

Choosing an attitude of dialogue with Art in 1960,70,80,90,2000 etc. it was daring ... I knew that I automatically put myself in withdrawal of the movements that I saw appearing and disappearing in the history of the art of history that is made but also the story that we wanted to make following the actors and specialists of the moment ... sometimes to make the market dream ... Alone yes... but with my passion

Is it not in solitude that one really enters in oneself? Attitude O how much needed! for the artist.

 

I dialogued:

I wanted with a sure brush, to find there a thread in all these times, these manners, these thoughts ... and to create LABOR .... Of course, I thought, there was the evolution of the spirits, the strong evolution of our knowledge and our standing of Life ... but the man .... Has the man changed so much? We have arrived there, to an intellectualization of our thought formation .. ... But are we today that? Is there not a very ancient chromosome (the one maybe, that will become our creative force today) that remains in our veins and in our DNA well linked to our Nature of man ... who asks to be reborn? ... ... ... a Chromosome or remains of Chromosome ... I did not copy anything, I worked with my imaginary museum (Malraux) trusting my memory (my procedural memory (... a discovery in 1804 with the philosopher Maine de Biran)

Where is this Chromosome ... .It is to find it that I established my CONVERSATION ... Conversation with ART and the Life, the stages since 1970: LABOR destruction, Reconstruction ... .LABOR constructivist ... LABOR expression around the Woman , Maternity ... .LABOR Witness of the events of the World Reaction ... .LABOR concepts ... .LABOR and its island ... Pierrefonds ... LABOR ART-Chitectures and Myths) ... .LABOR contemporary .... LABOR digital ... LABOR Photographs ...

 

In the end what have I found in all these years? I met: The necessity and the power of Art on the being that we are: a work of Art, a painting when we consider it, we learn to look at it and it is a Universe that we discover, a universe of self

A greatness of the  man and his fragility and we end up with a kind of love that does not say its name but that connects us like a chain link, a necklace and the distance, and all the differences  of language  and cultur erase ...all is  erased.... that remains is man and his essence ... Michelangelo is me, Basquiat is me, Bacon is me, Picasso is me ... ..

I understand collectors ... we would like a museum at home......

In the end it's a little bit consciously or unconsciously what I wanted to create ...

  I have never been happier than in my exhibitions when my painting meets the other ...

 

To paint is the joy of being alive and to go up  to this mystery of the Spirit

 

ENTROPIE is an intellectual and sensitive way to SEE and DO

 

 Please Visit https://Instagram?com/laborrobert974

http://artlabor-robert.com

http://contenu-art.eu

LABOR ROBERT in Saatchiart.com

LABOR ROBERT in Artprice.com

LABOR ROBERT in Artmajeur.com

LABOR ROBERT in Artslant.com

LABOR ROBERT in Flickr.com

 

 ENTROPIE is an intellectual and sensitive way to SEE and DO

 

(1) see the LAbor Dossier Robert ... Bellevue Hospital in St Etienne

 

                                                                                                                                                                                                                                                                               retour

Statement

 

 TORO oil and collage60x75cm

 

 

Commentaires de journaux Mon EXPO 1992

………………………                                                Le  Cadre Noir Gallery

 

 

Abstraction, concepts, appropriations, miscegenation  ...

 

 

Appropriations, research, inventions

 

Reinventing or  Recycling ...

 I question ... something must happen ... meanings, reflections, actions

 

it beyond  styles and differences

 

 

I defined it  as " the Origin"

http://contenu-art.eu/Necessity.htm

 

My technique:     

Oil-painting  on Canvas ..

...paper, wood,..(.even coffee,sugar,.)..collages, sculptures, prints, digitals

My choice is to be free in my création... .. FREEDOM , Liberty  (with a capital L)

 

All Trends, Profiles,  Genres, Styles, Discoveries,

history of the works of art, History of ART, technics or technology . Histories interest me.

.. that help me to express me

 

                       What I want to say  that  My Art may stay often polysemous

 

 

I liked comments

Example: the presentation of Marina Reiter (Gallery Studio26 New York) about TORO my work (painting and collage)

My title is TORO; Homage to Picasso

and  yet still reading my work for those interested also opens other horizons

 

"Robert Labor's "Homage to Picasso - Toro" is just as multi-layered as the symbol of the bull itself was for Pablo Picasso.  Does the bull reference the Minotaur, half beast, half human? Does it refer to the animal side that we all have in common? Is it bull the aggressor? Or perhaps bull the victim? In the right bottom corner of Labor's work we see a profile of a man with a beard who reminds us of Mephistopheles from Goethe's "Faust", who as we know, comes to collect the souls of those who are already damned. Does that mean that by serving the "golden bull" and pursuing all things material we have irreparably corrupted our souls?"