Nos Sens

 

Blues

 

O chair, lucide

Que je me souvienne de toi.

Ultimes flammes du grand feu

Que révèlent nos nuits.

 

To suc se consume

Au creuset de mes yeux.

 

Ta venue est trop brève, étrange, inachevée

Mouvements, intervalles

Le temps trop court

Pour te connaître

Que tu t’inscris déjà comme la trace

Le stigmate, la fêlure, fêlure initiatique

Au masque du souvenir.

 

Je te baptise lucide

Mot insuffisant à ta création

Pale image, sans configuration

Sans module, à la sensation de profondeur

De l’être.

 

Présence, mystère, révélation, insistance

Aux formes indéfinies …

 

Labor 1983